Tous les articles par Atalante

SAINt-Jean-Baptiste

La fête de la Saint-Jean-Baptiste est depuis le XIXe siècle l’occasion de célébrer l’existence et la fierté de notre peuple. Minorité francophone dans une mer anglophone, nous résistons toujours malgré le mépris et la haine. C’est le moment d’exalter notre vitalité comme peuple et de penser au temps qui vient. Car les attaquent contre cette petite nation qui est la nôtre ne cesseront pas et risquent même de s’intensifier. Que chacun de nous soit un rempart et nous aurons au mieux le statu quo de la conservation. Que chacun de nous aille de l’avant et nous assurerons la pérennité de notre peuple. Alors, dans cette ambiance de festivité et de fierté, rappelons-nous notre glorieux passé pour mieux nous projeter vers le futur.

Bonne Saint-Jean-Baptiste à tous nos compatriotes! 
Québec! Jeunesse! Révolution!

This slideshow requires JavaScript.

Social

Sans relâche dans les rues pour venir en aide à nos compatriotes dans le besoin.

Par amour de notre peuple!

This slideshow requires JavaScript.

Dollard des Ormeaux

Hier célébré, aujourd’hui conspué, Dollard des Ormeaux est un personnage marquant de l’histoire de la Nouvelle-France. Ce sont les alliés Hurons qui informent les français de l’imminence d’une attaque iroquoise sur la colonie. Des Ormeaux décide qu’une expédition est nécessaire pour devancer les ambitions iroquoises. Avec 16 volontaires français et 43 alliés Huron et Algonquins, la troupe se cantonne dans un ancien fortin au Long-Sault. Sans relâche, les assiégés contiennent les attaques iroquoises malgré leur infériorité numérique. C’est un malheureux coup du sort, un baril de poudre, qui précipita leur massacre. Les habitants de Ville-Marie apprirent la nouvelle grâce à un jeune Huron qui réussit à s’évader de sa captivité malgré les tortures qu’il avait subies.

Par ce geste de sacrifice, Des Ormeaux et ses compagnons réussirent à contrer les plans des Iroquois, alliés des Britanniques, et sauver ce qui deviendra Montréal. C’est par la suite que Louis XIV envoya le régiment Carignan-Salières pour assurer la défense de la colonie. Rappelons-nous leur promesse faite avant l’expédition : « Je jure de combattre jusqu’à la mort et de ne jamais reculer devant l’ennemi ».

Honneur à eux !

This slideshow requires JavaScript.

Bataille de Neuville

S’il y a pour nous un événement significatif de notre histoire, c’est bien celui de la bataille de Neuville un mois de mai 1760. Son symbolisme est celui du sacrifice et de l’héroïsme. Bref, il s’agit d’un acte militaire teinté d’une extrême générosité et d’un sang-froid extraordinaire. C’est donc sur les rives du Saint-Laurent que nous honorons la mémoire du capitaine de Frégate Jean Vauquelin et de l’équipage de l’Atalante, vaisseau de guerre dont nous avons adopté le nom. Il s’agissait encore une fois, pour nos militants d’avoir la chance de s’exercer à discourir et d’ainsi manifester leur fidélité envers notre histoire nationale.

Exister c’est combattre ce qui me nie.

This slideshow requires JavaScript.

Sainte Jeanne D’ARC

Nous commémorions samedi la mémoire d’une des plus grandes héroïnes de France, Sainte Jeanne d’Arc. Symbole de courage, de résistance et de patriotisme, elle est un exemple de grandeur pour nous tous. C’est donc de façon solennelle que nous avons souligné le sacrifice de cette guerrière par un narratif de ses exploits et de ses harangues enflammées. S’en est suivi une procession dans l’ordre et le respect pour conclure cette cérémonie. Finalement, dans une ambiance de camaraderie se sont enchaînées des conférences pour une soirée militante formatrice.

Nous avons le devoir de faire vivre la mémoire de nos ancêtres, afin qu’à notre tour nous ne sombrions pas dans l’oubli.

Exister c’est combattre ce qui me nie!

This slideshow requires JavaScript.

Distribution

Nous étions aujourd’hui dans les rues de Québec pour distribuer un repas à nos compatriotes les plus infortunés. Un peu de réconfort pour eux dans les moments difficiles.

Toujours présents pour les nôtres!

This slideshow requires JavaScript.

Pontiac

Nous honorons, en ce mois d’avril, le chef des Outaouais Pontiac. Au fait de la catastrophe que représentait la défaite française en Nouvelle-France et à l’arrivée du régime britannique, ce chef de guerre sut coaliser les tribus autochtones contre l’arrogant colonialisme anglais. C’est une résistance de près de trois ans qui se jouât alors contre la menace britannique. La France ayant abandonné pour de bon l’Amérique, quelques 300 Canadiens-français participèrent au conflit avec leurs alliés de longue date ayant Pontiac à leur tête. Le souvenir de cette fraternité encore frais, Pontiac arborait en son camp l’étendard royal français.

Malgré de nombreuses victoires, les forces britanniques prirent le dessus des révoltes, notamment en répandant des épidémies chez les peuples autochtones révoltés ou non. Avec l’essoufflement de la rébellion, Pontiac n’eut d’autres choix que de traiter avec les Anglais. Une partie des forces de résistances autochtones et canadiennes-françaises, dirigée par le chef Shawnee Charlot Kaské, n’accepta pas la fatalité d’un traité et partie vers la Louisiane espagnole.

Pour nous Obwandiyag (Pontiac) est un formidable exemple de résistance, de courage et de grandeur!

This slideshow requires JavaScript.

01/04 1918!

C’est le 1er avril 1918 que l’armée canadienne ouvrit le feu sur nos aïeux à l’intersection des rues Saint-Vallier, Saint-Joseph et Bagot. Leur crime était celui de s’opposer à la conscription qui les aurait menés sur les champs de batailles européens mourir sous la bannière du mépris. Quatre d’entre eux trouvèrent la mort dans les rues de leur cité, en plus d’une soixantaine de blessés. Jamais les familles ne furent indemnisées.

Ainsi, c’est pour honorer leurs mémoires que nous nous sommes réunis sur les lieux du massacre afin que jamais cet événement ne sombre dans l’oubli.

Je me souviens!

— Honoré Bergeron, 49 ans, Père de 6 enfants, touché au dos par une balle explosive!
— Alexandre Bussières, 25 ans, touché au poumon par une balle explosive!
— Édouard Tremblay, 23 ans, étudiant, mort au bout de son sang par manque de secours!
— Georges Demeule, 14 ans, atteint droit au cœur par une balle explosive!

À nos ancêtres morts sous les balles! PRÉSENT!

This slideshow requires JavaScript.

L’USURE C’EST L’ESCLAVAGE!

Un peuple endetté, c’est reconnu, sera plus docile. Il sera domestiqué aux volontés du marché et prêt à accepter tout chantage salarial pour conserver un emploi précaire. C’est d’ailleurs la multiplication des emplois précaires qui assure cette forme d’esclave par insécurité d’emplois. Pénurie de main-d’œuvre, nous dit-on? Il s’agit plutôt de propagation de la précarité. Il en va de même pour les nations. Surendettées, elles sont à la merci des intérêts financiers apatrides.

Notre nation doit posséder sa propre banque nationalisée, seule entité pouvant imprimer la monnaie et octroyer des prêts à l’État. L’État n’est pas un outil de l’économie. C’est l’économie qui doit être au service du bien commun. Tout individu ou consortium ayant fait fortune sur le dos de l’État et du bien commun devrait être condamné à de sévères peines.

L’usure c’est l’esclavage!

This slideshow requires JavaScript.

action Sociale

En ce beau samedi après-midi, distribution de denrées aux plus vulnérables de notre communauté.

Justice sociale, préférence nationale!

This slideshow requires JavaScript.